MENU Menu Quel constructeur choisir

Pays Basque et Côte Landaise : évolution du marché foncier

  • Posté le 22 mai 2015
  • Vote(s) - 1
  • Moyenne :

Jean-Marie Parachou, responsable de l’agence IGC d’Anglet, nous dépeint les tendances du marché du foncier en Pays Basque et sur la Côte Landaise.

 

 

 

 

 « Il faut savoir que le flux migratoire des autres régions de France vers le 64 et le 40 s’établit à 100 000 nouvelles arrivées tous les ans, en provenance essentiellement de la région parisienne et aussi du nord de la France. Nous commençons même depuis cinq ans à voir des arrivées de PACA qui est une région saturée.

 

L’invasion massive sur la Côte Basque de la clientèle espagnole à laquelle on a assisté durant une dizaine d’années autour de 1990, est maintenant totalement terminée d’autant que la crise internationale particulièrement féroce en pays ibérique y a mis un frein définitif.

 

  •  Un secteur très demandé, bien qu’étant sur le Sud Landes, est HOSSEGOR CAPBRETON avec toute la myriade de projets prestigieux, surtout autour du lac d’HOSSEGOR. A noter qu’un grand nombre de ces belles villas sont en bois. Aujourd’hui, il est mission impossible de trouver un terrain à bâtir à HOSSEGOR à moins de 500 000 euros et sur CAPBRETON, plusieurs programmes de lotissements proposent des parcelles de moins de 500 m² autour de 200 000 euros.

 

  • Un second secteur demandé est celui de ONDRES LABENNE BOUCAU TARNOS,à cheval sur le 64 et le 40.Ces quatre communes totalement ignorées il y a trente ans se retrouvent maintenant à la croisée du Sud Landes et du Pays Basque,les parcelles de terrains y sont un peu plus grandes,en moyenne 600 à 700 m² et à un prix inférieur à 200 000 euros, le bord de mer, plus rare, restant bien entendu un peu au-dessus.

 

  • Troisième secteur très convoité évidemment est le PAYS BASQUE qui part, au nord, de Bayonne jusqu’à la frontière espagnole. Bayonne n’est pas la ville la plus demandée et on peut y trouver encore quelques terrains à bâtir de petite surface (moins de 500 m²) autour de 220 000 euros. Point important : Bayonne n’a pas d’accès sur l’océan mais dispose d’autres atouts puisque l’Adour et la Nive s’y rejoignent.

 

  • La zone la plus demandée reste incontestablement ANGLET GUETHARY BIDART et, en seconde ligne, des communes comme ARBONNE AHETZE. Sur Anglet nous avions l’habitude il y dix ans de qualifier un terrain de 500 m² de « petit », à ce jour il n’est pas rare de trouver des parcelles à 250 m² qui se vendent 200 000 euros voire un peu plus suivant l’emplacement, soit 1000 euros du m² !!! Anglet est une ville horizontale très étendue et qui abrite un urbanisme individuel avec peu d’immeubles de grande hauteur, pas vraiment de cœur historique dans cette commune jeune dont une frange importante est au bord de l’océan avec ses célèbres plages dont celle de la Chambre d’Amour. Gros volume de ventes dans l’ancien et bien-sûr une recherche foncière active pour tous les candidats à la construction. Budget mini sur Anglet, terrain +maison : 450 000 euros. Il faut préciser qu’en terme d’urbanisme, le territoire est quasiment plat et qu’il est possible de faire à peu prés ce que l’on veut sur Anglet et c’est peut-être une des raisons qui font son succès.

 

  • Je ne dirais pas la même chose pour ses voisines Guethary et Bidart où le terrain est souvent accidenté et les règles d’urbanisme nettement marquées traditionnelles !!! Ici le terrain devient hors de prix : dernier exemple en date, 800m² avec vue montagne sur 180 degrés à 450 000 euros !!! Là aussi, les budgets s’envolent et les jeunes du pays ont beaucoup de mal à s’installer sur leurs terres, sauf bien entendu si papa ainsi agriculteur a pu donner une parcelle à chaque enfant.

 

  •  Je citerais ensuite BIARRITZ et SAINT JEAN DE LUZ qui sont des communes intouchables ,la moindre parcelle de terrain vaut de l’or et pour peu qu’elle dispose d’une vue mer, toute base de prix s’envole !!!! Ces deux communes sont des points de chute pour une clientèle très à l’aise et qui pourra disposer d’un budget largement supérieur au million !!

 

  • Il n’est pas rare de voir les projets se déplacer un peu à l’intérieur du Pays Basque,et là une chute des prix est bien-sûr automatique. SAINT PEE SUR NIVELLE ASCAIN CAMBO ESPELETTE AINHOA etc…. toutes ces communes très soignées et tirées à quatre épingles font le bonheur de beaucoup de retraités parisiens et autres qui, pour certains même, osent faire trente kilomètres de plus afin d’arriver dans le Pays Basque intérieur, Saint Jean Pied De Port etc…là bien sur les prix chutent encore.

 

  • Des nouvelles mesures fiscales mises en place par le gouvernement HOLLANDE vont prochainement (si cela se confirme !) créer un impôt supplémentaire qui sera dû par tous les propriétaires de terrains constructibles non bâtis…..A coup sûr, cette mesure devrait libérer des parcelles dans tous les secteurs… Souhaitons que cela contribue à adoucir les prix ! »
Vous aimerez aussi :
Les points clés de la mise en œuvre d’une maison BBC Rencontre avec Sandrine Labat, conducteur de travaux au sein du groupe IGC. C'est une évidence ! L’o...
Rencontre avec Julie Guerra, décoratrice intérieure Rencontre avec Julie Guerra, diplômée en « Coaching Deco, Relooking et Feng Shui », et fondatrice de...
Comment bien choisir son terrain ? La conception du projet de construction est conditionnée par des éléments tels que la nature du terr...
Cet article vous a plu ?
Vous avez un projet de construction dans le Sud-Ouest ?
Contactez nos experts pour recevoir une étude personnalisée et sans engagement !

Sites partenaires

 

logoIGCVillalogo-igc-boislogo-igclogochlogo-maq logo_essential_web