Pollution intérieure : les 10 erreurs à éviter

Tags : Qualité d'air Par Quel Constructeur Choisir Publié le 03/11/2020 à 18:09, mis à jour le 09/11/2020 à 12:23

L’air est 5 à 10 fois plus pollué dans nos maisons qu’à l’extérieur. Sachant que nous passons 90% de notre temps enfermés, il est primordial de préserver notre santé. Quel Constructeur Choisir vous rappelle les 10 erreurs les plus fréquentes à ne pas commettre, pour éviter de polluer l’air intérieur de nos logements.

Pour diverses raisons, l’air vicié s’accumule dans nos maisons. Une pollution principalement due aux COV (Composés Organiques Volatils), ces particules que nous respirons et qui émanent de nos meubles, de nos peintures, de nos cosmétiques, mais aussi de la fumée de tabac et de ce que nous cuisons lorsque nous nous mettons aux fourneaux.

Pour limiter ces polluants, voici ce qu’il ne faut PAS faire :

Erreur n°1 : ne pas lire les étiquettes sur les pots de peinture

Ce sont pourtant elles qui vous indiquent le taux de COV, donc de polluants, contenus dans le produit !

C’est valable pour la peinture mais également pour les revêtements de sol (lino, moquettes), les papiers peints, les colles, les vernis, ou encore les isolants intérieurs.

Connaissez-vous la gamme de peinture Ondipur de Zolpan ?
Le constructeur de maisons IGC a testé l’efficacité de cette gamme de peinture dépolluante dans les Maisons Expérimentales.

Il vous faut donc privilégier les étiquettes portant la mention A+, garantissant une émission des polluants bien plus faible, et ceux certifiés Écolabel Européen . Enfin le label Emicode garantit l’absence de substances cancérogènes et mutagènes dans les colles, vernis et ragréages.

Bon à savoir :
les industriels ont récemment mis au point des cloisons, toiles de verre et plafonds capables de neutraliser les COV présents dans la maison. Correctement installés, leur efficacité est avérée sur une période de 50 années (comme les plaques de plâtre dépolluantes de Saint-Gobain par exemple).

Erreur n° 2 : fermer les fenêtres pour se protéger de la pollution extérieure

Vous le savez, on ne le répètera jamais assez, qu’il est fondamental d’aérer votre intérieur quotidiennement, en toute saison . Et ce, même si vos fenêtres donnent sur la rue, ou une route passante.

Que ce soit en période de pollution ou pas, on continue d’aérer, autrement l’air de nos maisons risque d’être encore plus vicié.

Néanmoins, en cas de pics de pollution à l’ozone, choisissez les moments opportuns pour aérer : ainsi, évitez les après-midi ! Et s’il s’agit d’un pic de pollution aux particules fines : on laisse ses fenêtres fermées aux heures de pointe (matin et soir).

Nos partenaires constructeurs proposent des solutions, via leurs fournisseurs, qui permettent de gérer à distance l’ouverture et la fermeture automatique de vos fenêtres. Le Groupe VELUX et Netatmo collaborent pour créer les premières commandes intelligentes pour fenêtres de toit, stores et volets roulants qui améliorent la qualité de l’air de votre logement, pour votre bien-être et celui de votre famille. Des capteurs intelligents surveillent la température, l’humidité et les niveaux de CO2, et commandent vos fenêtres de toit en fonction de ces données pour garantir un climat intérieur sain. Par ailleurs, ce système intelligent détecte la pluie et retarde automatiquement l’ouverture des fenêtres de toit pour protéger votre maison.

 

Crédit photo : @Renson / @Netatmo / @VELUX

Erreur n°3 : ne pas aérer en période de travaux intérieurs

Nous l’avons souligné : peintures, vernis, colles… émettent des COV. C’est pourquoi, pensez toujours à bricoler fenêtres grandes ouvertes, pendant et APRÈS vos travaux, et plus longuement que d’habitude.

Vos dix minutes quotidiennes ne sont pas suffisantes. Donc on laisse ouvert au moins deux fois 30 minutes par jour, mais l’idéal étant de prolonger un maximum ce temps d’aération.

Erreur n°4 : faire des travaux pendant une grossesse

Cela vous démange de vous lancer dans la décoration de la chambre du bébé à naître ? Certes, mais ce n’est pas la meilleure des idées.

Une forte exposition à des produits toxiques comme le formol ou le benzène peut altérer le système nerveux du fœtus. Donc si vous avez un besoin irrépressible de poser du papier peint, ou de repeindre les murs, demander à quelqu’un d’autre de s’y atteler !

 

Erreur n°5 : préparer la chambre de bébé juste avant votre retour de la maternité

Les enfants sont bien plus sensibles aux polluants de nos intérieurs que nous ne le sommes.

À cause des COV, nombreuses sont les rhinites, pharyngites, bronchiolites, et allergies à apparaître chez nos bambins, dès lors qu’ils sont trop exposés. Des affections développées dès leur plus jeune âge avec lesquelles ils risquent de vivre toute leur vie. C’est pourquoi, prenez de l’avance, et préparez la chambre de votre bébé en amont, afin que les COV aient le temps d’être évacués.

Erreur n°6 : déballer vos meubles en kit au milieu de votre salon

C’est à l’ouverture des cartons que va se propager un maximum de Composés Organiques Volatils.

L’idéal est donc de procéder à leur déballage dans une pièce peu utilisée, comme un garage par exemple. Ensuite, il est préconisé de les laisser s’aérer plusieurs semaines avant de les monter et de les rapporter dans votre intérieur. Si vous n’avez pas le choix (ou la patience d’attendre), prenez soin de bien aérer la pièce où se situe le meuble.

Erreur n°7 : n’acheter que du mobilier neuf

Privilégier des meubles anciens, ou vintage, est non seulement dans l’air du temps qui est au recyclage, mais en plus, ces meubles auront eu le temps de se départir de leurs polluants au fil des ans. Bien entendu, cela ne vaut que si vous ne les personnalisez pas ! Auquel cas, il faudra passer vernis ou peinture dans une pièce bien aérée (voire « Erreur N°3 »).

Erreur n°8 : ne pas se méfier du taux de monoxyde de carbone

Inodore et incolore, le monoxyde de carbone fait chaque année en France 130 morts, et 1300 victimes ! Pour ne pas déplorer ce genre de catastrophe, il est primordial de bien faire entretenir annuellement votre chaudière à gaz.

L’utilité de ces grilles et de renouveler l’air de votre maison. En les bouchant – pensant limiter les entrées d’air froid – vous faites une grave erreur. De même qu’en ne les nettoyant pas régulièrement !

Sans circulation et renouvellement de l’air, votre intérieur va s’en retrouver davantage pollué, avec pour conséquence, tous les dangers pour la santé que l’on sait. De la même manière, pensez à entretenir votre VMC (Ventilation mécanique Contrôlée) une à deux fois par an, particulièrement si vous vivez à proximité d’une route.

Erreur n°10 : faire brûler des bougies parfumées ou de l’encens

Si les premières dégagent du formaldéhyde, le second propage du benzène dans l’air. Dans les deux cas, ce sont des COV, dangereux pour la santé. C’est pourquoi, il est recommandé de ne pas en faire brûler tous les jours, et de bien aérer après leur utilisation !

[Total : 3   Average: 5/5]