Peut-on faire construire sa première maison sans apport personnel ?

Tags : Choisir son financement Par Quel Constructeur Choisir Publié le 15/10/2018 à 15:40, mis à jour le 23/04/2020 à 10:45

Accéder à la propriété est un rêve pour bon nombre de jeunes familles. Pour bien préparer son projet de construction de maison, la première étape essentielle est de déterminer son budget. Pour compléter son financement, un apport personnel est nécessaire. Cependant, pour les primo-accédants, la constitution d’un apport financier conséquent est parfois difficile. Bien heureusement, dans la plupart des cas, d’autres solutions permettent la concrétisation du projet de construction.

 

L’apport personnel

Au-delà de l’épargne qu’un ménage a pu constituer en vue de réaliser son projet de construction, l’apport personnel peut provenir du déblocage de la participation aux bénéfices de l’entreprise qui l’emploie, d’une donation, d’une succession, de la revente d’un bien… Certains accédants disposent déjà de leur propre terrain à bâtir. Sa valeur est alors prise en compte par l’organisme de crédit et considérée comme un apport.

Sachez que c’est également le cas de certains prêts aidés (le PTZ, le Prêt Action Logement …) dont le montant peut faire office d’apport.

L’apport minimum

Même s’il est indispensable à l’acceptation de votre dossier de prêt, il n’y a pas de règles quant au montant de l’apport personnel attendu. Toutefois, plus l’apport sera conséquent (de l’ordre de 20 %), plus les conditions de financement seront favorables.

Pour compenser un apport faible, les banques seront particulièrement vigilantes à la situation personnelle du primo-accédant : un emploi stable, un saut de charge modéré et un taux d’endettement maximum de 30% sont des éléments rassurants pour l’organisme prêteur.

A minima, l’accédant devra être en capacité de financer sans emprunt les frais de notaire et de garantie liés à son projet.

Des frais de notaire réduits

Dans le cadre d’une construction neuve, les frais de notaire ne s’appliquent que sur l’acquisition du terrain et s’élèvent alors à environ 3 % de son prix (contre 8 % pour l’achat d’un bien immobilier ancien).

Des conditions particulières négociées par le constructeur

Certains constructeurs travaillent en partenariat avec des organismes financiers pour faire bénéficier leurs clients de conditions particulières. C’est le cas du Groupe IGC qui a négocié, auprès d’organismes de renom, des grilles de taux préférentiels, des prêts bonifiés ou l’exonération partielle voire totale des frais de dossier pour ses clients.

Les prêts aidés

Le prêt PAS

Le prêt PAS (Prêt Accession Sociale) permet de financer 100 % du projet, hors frais de notaire et de garantie, pour une durée pouvant aller jusqu’à 30 ans.

Pour en bénéficier, les revenus de l’ensemble des occupants du logement ne doivent pas excéder un certain plafond basé sur le revenu fiscal de référence et défini en fonction de la situation familiale et de la zone géographique du projet.

Le PTZ pour compléter le financement

Le prêt PAS est compatible avec le PTZ (Prêt à Taux Zéro) qui est un prêt gratuit réglementé par L’État pour aider les ménages à acquérir un bien immobilier. Il est réservé aux primo-accédants ou aux personnes qui n’ont pas été propriétaires de leur logement principal au cours des 2 dernières années.

Il est lui aussi soumis à des conditions de ressources et de configuration du foyer.

Concrétiser son projet

En cumulant les différentes aides à l’accession à la propriété, la construction d’une maison neuve par Construction Horizontale peut ne pas coûter plus cher qu’un loyer et vous permettre de vivre dans une maison neuve, adaptée à vos besoins et économe en énergie. Les modèles de maisons CH ayant été conçus par un architecte, ceux-ci offrent des espaces de vie optimisés, lumineux et fonctionnels.

[Total : 0   Average: 0/5]