Faire construire une maison sur un terrain de 300 m²

Tags : Choisir son plan Par Quel Constructeur Choisir Publié le 12/11/2018 à 8:41, mis à jour le 17/12/2019 à 10:39

En secteur urbain et périurbain, l’offre de terrains à bâtir se fait de plus en plus rare. C’est particulièrement le cas dans la métropole de Bordeaux où les surfaces constructibles disponibles se réduisent sensiblement. Ces petites parcelles, d’environ 300 m², sont souvent issues de découpages parcellaires ou de démolition d’habitats anciens devenus inadaptés. Pour y construire une maison neuve, il convient d’élaborer une réflexion sur le confort de vie, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur.

 

Nous avons rencontré Claudia Villar, dessinatrice-conceptrice pour notre partenaire constructeur, IGC. Elle nous explique la complexité d’un projet de construction sur un petit terrain et les solutions de conception qu’elle apporte au quotidien aux clients IGC.

« Avant toute chose, il est indispensable de prendre connaissance des règles d’urbanisme qui s’appliquent à la parcelle. Ce sont elles qui conditionnent le projet, sur le fond comme sur la forme. »

Une maison optimisée sur un petit terrain

« En zone péri-urbaine, les petits terrains sont généralement localisés en lotissements. Pour optimiser l’espace, on privilégie un plan compact à l’instar du modèle Hestia d’IGC avec peu de dégagement ou un plan L pour prolonger facilement l’espace de vie à l’extérieur et se protéger des vis-à-vis. »

Les particularités de la maison de ville

La conception architecturale

« En ville, c’est la forme du terrain qui détermine la forme de la maison. Un petit terrain implique généralement une emprise au sol restreinte, la construction d’une maison à étage est donc souvent envisagée et, si le PLU le permet, on la positionne en limites de propriété pour gagner un maximum de surface habitable.

Les parcelles présentent souvent des façades étroites, qui n’offrent généralement pas plus de 7 à 10 m de largeur. Pour éviter des constructions trop massives, on joue sur la volumétrie en créant des décalages, des jeux d’enduits et de matière et on veille à une composition des ouvertures symétrique pour une belle harmonie.

En zone urbaine, le PLU impose généralement la création d’une à deux places de stationnement pour la construction d’une maison neuve. Pour économiser de l’espace sur la parcelle, on peut par exemple intégrer un garage à la construction et prévoir un deuxième stationnement devant celui-ci. »

L’agencement intérieur

« A l’intérieur, on tend à prioriser les espaces collectifs (séjour-salon-cuisine) avec des surfaces confortables, de l’ordre de 35 à 50 m².

A l’étage, les chambres sont plutôt installées de part et d’autre des façades pour privilégier les vues sur l’extérieur. Au centre, les salles de bains et buanderies profitent de la lumière naturelle par le biais de fenêtres de toit ou de conduits de lumière.

Pour éviter les pertes d’espace, les dégagements sont limités ou optimisés en proposant une fonction complémentaire : un palier n’est plus un simple lieu de passage mais peut s’aménager en bureau ou en petit salon…

Le choix de l’escalier dépend de la configuration de l’espace : ouvert et sans contremarche, il permet à la lumière de circuler ; cloisonné, il peut permettre la création d’un espace de rangement en dessous. »

Le confort de vie

« Sur un petit terrain, en ville, les enjeux principaux consistent à construire une maison confortable et adaptée au mode de vie de ses habitants tout en préservant des espaces extérieurs intimes.

Ainsi l’espace entre la rue et la maison est un espace nécessaire pour protéger les habitants de la sphère publique en les isolant des nuisances sonores, visuelles, de la pollution… A l’arrière, on ménage un espace extérieur intime qui constitue le prolongement de l’espace habitable. On privilégie les grandes ouvertures (comme des baies vitrées à seuils réduits, des baies à galandage …) pour faciliter les transitions intérieur/extérieur et aussi favoriser la luminosité intérieure.

En fonction de l’orientation, on optimise la lumière naturelle au moyen de puits de jour, de portes d’entrée vitrées, de fenêtres panoramiques ou de vitrages atelier à l’intérieur.

Dans les zones urbaines, on travaille aussi beaucoup sur la qualité d’air intérieur en proposant des solutions d’équipements qui contribuent à une vie plus saine dans la maison : plaques de plâtre dépolluantes, système de purification d’air. »

[Total : 1    Moyenne : 4/5]